Le don d’organes en bref

  • 14 h 00: Accident de vélo

     

    Tim fait une randonnée en VTT avec son meilleur ami dans les Grisons. Lors de la descente, il heurte un arbre de plein fouet et perd connaissance.

  • 14 h 30: Transport vers l’hôpital

    Tim est transporté avec l’hélicoptère de sauvetage de l’Alpine Air Ambulance vers l’hôpital cantonal des Grisons. Lors de l’examen médical, les intensivistes constatent une grave hémorragie cérébrale. L’état de Tim se dégrade. La mort cérébrale survient.

     

    14 h 30: Transport vers l’hôpital

  • 17 h 15: Entretien avec les proches

     

    Les parents de Tim arrivent à l’hôpital. Le médecin traitant les informe de ce qui s’est passé. Lors de l’entretien, les médecins abordent la possibilité d’un don d’organes.

  • 19 h 30: Décision

    La recherche d’une carte de donneur et d’un enregistrement au registre du don d’organes reste sans résultat. Les parents de Tim ne savent pas non plus si leur fils souhaitait faire don de ses organes. Ils font face à une décision difficile.

     

    19 h 30: Décision

  • 22 h 00: Annonce du donneur

     

    Les parents prennent ensuite une décision : les organes de Tim seront donnés. Avec l’autorisation des parents, Tim est annoncé comme donneur auprès de la Fondation Swisstransplant. Un processus complexe commence.

  • 22 h 15: Examens médicaux

    Une médecin supplémentaire examine par une échographie les fonctions des organes de Tim et envoie des échantillons de sang au laboratoire. Parallèlement, l’historique médical de Tim est saisi.

     

    22 h 15: Examens médicaux

  • 01 h 40: Attribution des organes

     

    Grâce au système informatique SOAS, la coordination nationale de la Fondation Swisstransplant détermine des receveuses et receveurs possibles pour les organes de Tim parmi les patientes de la liste d’attente.

  • 02 h 30: Coordination

    Une fois les listes de priorité par organe établies, Swisstransplant informe les hôpitaux des receveuses et receveurs potentielles. Le moment du prélèvement d’organes ne sera fixé qu’après attribution de tous les organes.

     

    02 h 30: Coordination

  • 03 h 55: Appel

     

    Après plus de quatre mois sur la liste d’attente pour un coeur, une patiente de 23 ans de Zurich reçoit en pleine nuit l’appel tant attendu. Elle se rend immédiatement à l’hôpital universitaire de Zurich, où elle sera opérée dans les heures qui suivent.
    Les médecins et coordinateurs⸱trices attendent déjà la jeune patiente, qui ne reçoit aucune information sur son donneur.

  • 10 h 00: Prélèvement

    Tim est emmené en salle d’opération pour le prélèvement d’organes. L’une après l’autre, les équipes médicales de différents centres de transplantation prélèvent ses organes avec soin, les emballent et les transportent de manière sûre dans des boîtes frigorifiques vers les receveuses et receveurs dans les différents centres. Suite au prélèvement d’organes, les incisions pratiquées dans le corps de Tim sont recousues.

     

    10 h 00: Prélèvement

  • 14 h 00: Transplantation

     

    Un nouveau coeur est transplanté dans la jeune patiente de Zurich dans une opération de plusieurs heures. L’intervention réussit : le coeur transplanté commence à battre et reprend sa fonction.

  • 15 h 15: Adieux

    L’apparence de Tim n’a pas été modifiée par le prélèvement d’organes. Seules des cicatrices dues à l’opération sont visibles. Après le prélèvement, son corps est remis à la famille. Les parents peuvent ainsi faire leurs adieux à leur fils en toute tranquillité et l’inhumer.

     

    15 h 15: Adieux

Glossaire

Les organes, les tissus ou les cellules d’une personne décédée ne peuvent être prélevés que s’il existe un consentement et que la mort cérébrale a été établie par deux médecins indépendants, selon des critères d’examen clinique clairement définis et conformément au principe des quatre yeux. La mort cérébrale est la perte complète et irréversible de toutes les fonctions cérébrales. La perte irréversible des fonctions cérébrales entraîne la défaillance de l’organe contrôlant tout l’organisme et la mort. Les causes possibles d’une mort cérébrale sont des événements de type accident vasculaire cérébral, hémorragie cérébrale,  carence en oxygène ou, comme dans le cas de Tim, des lésions traumatiques à la tête.

En Suisse, le coeur, les poumons, le foie, les reins, l’intestin grêle et le pancréas peuvent être transplantés. Les reins et des parties du foie peuvent provenir de donneuses et donneurs vivantes. Il est également possible de donner des tissus tels que la cornée, les vaisseaux sanguins ou les valves cardiaques.

Swisstransplant est la Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d’organes. Avec des spécialistes dans les hôpitaux, Swisstransplant est responsable du domaine du don d’organes et de tissus en Suisse. Dans ce contexte, Swisstransplant prend en charge l’attribution conforme à la loi des organes et gère la liste d’attente nationale. Basée à Berne, la Fondation organise par ailleurs toutes les activités liées à l’attribution des organes, telles que le transport des organes par exemple, et informe le public et les spécialistes sur le thème du don d’organes et de la transplantation.

Pour qu’une transplantation réussisse, les facteurs sanguins et tissulaires de la donneuse ou du donneur doivent être aussi compatibles que possible à ceux de la receveuse ou du receveur. Pour identifier des receveuses et receveurs compatibles, toutes les données importantes sont saisies dans le système informatique SOAS (Swiss Organ Allocation System), en plus des résultats des tests de laboratoire. Pour finir, le système détermine les receveuses et receveurs compatibles parmi les patientes et patients sur la liste d’attente. La priorité est donnée aux personnes dont la vie est directement en danger. D’autres critères sont le domicile, l’efficacité médicale, les priorités spécifiques (enfants, groupe sanguin rare) et le temps d’attente.

Bien que le taux de dons ait enregistré une évolution positive ces dernières années, près de 1450 personnes attendent actuellement un organe en Suisse. La plupart d’entre eux (plus de 1000 patient⸱e⸱s) ont besoin d’un nouveau rein. Chaque semaine, une à deux personnes de la liste d’attente meurent, faute d’organes susceptibles de leur sauver la vie.

En Suisse, la transplantation se fait sur six sites. Les six centres de transplantation suisses se trouvent dans les hôpitaux universitaires de Genève, de Lausanne, de Berne, de Bâle et de Zurich, ainsi que dans l’hôpital cantonal de Saint-Gall. Chacun est spécialisé dans la transplantation d’organes spécifiques.

En Suisse, les donneuses et donneurs et les receveuses et receveurs restent anonymes : les parents de Tim ne reçoivent aucune information sur les personnes qui recevront les organes de leur fils. Inversement, les receveuses et receveurs n’obtiennent aucune information sur la personne qui a donné un organe. Cette procédure vise à protéger les familles de sollicitations supplémentaires. Il est cependant possible d’envoyer une lettre de remerciement anonymisée par l’intermédiaire de Swisstransplant.

Sans irrigation sanguine, les organes ne peuvent conserver leurs fonctions que quelques heures. Ils doivent donc être emmenés et transplantés aussi rapidement que possible sur la receveuse ou le receveur. Pour ne pas perdre de temps, le transport se fait par ambulance, hélicoptère ou jet. De l’attribution des organes à la fin du prélèvement, jusqu’à 24 heures peuvent s’écouler.

Après une transplantation, les patient⸱e⸱s doivent prendre des immunosuppresseurs le reste de leur vie. Les immunosuppresseurs sont des médicaments qui inhibent les fonctions du système immunitaire pour éviter les réactions de rejet par le corps de l’organe greffé.